Achat de véhicule à un particulier : ne rien laisser au hasard ! avec l'Afoc


Quels sont les points principaux d’attention lorsque l’on achète un véhicule à un particulier ? Il ne faut rien laisser au hasard car seule la garantie des vices cachés s’applique lors d’un achat à un particulier, contrairement à l’achat à un professionnel où s’ajoute celle de conformité. N’hésitez surtout pas à questionner votre vendeur sur l’état général de la voiture et sur ses équipements avant de vous engager.



Nos conseils

Pour inspecter la voiture sous toutes les coutures, fixer un rendez-vous (de préférence en journée) et faites-vous accompagner par une personne compétente en mécanique.

 

A l’occasion de ce rendez-vous, il faut vérifier que tous les éléments de sécurité fonctionnent et bien sûr, demandez à essayer la voiture, indispensable avant d’acheter. Vous pouvez également consulter le site du gouvernement HistoVec, pour connaître l’historique du véhicule.

 

Les documents à obtenir

Au-delà de ces vérifications, le vendeur doit vous remettre un certain nombre de documents comme :

  • le certificat de situation administrative, anciennement appelé certificat de non-gage de moins de 15 jours, qui permet de vérifier qu’il n’existe aucune opposition à la vente.

Si le véhicule a plus de 4 ans, il devra également vous fournir :

  • le contrôle technique, datant de moins de 6 mois,
  • le certificat d’immatriculation, anciennement carte grise, ou son coupon détachable, barré avec la mention "vendue + la date" devra vous être remis.

Enfin, le vendeur doit être en possession d’un certificat de cession qu’il faudra remplir en double exemplaire, l’un étant pour vous.

 

Une fois tous ces documents en main, vérifiez l’exactitude des écrits avant de signer. Par exemple, est-ce-que le modèle du véhicule et son immatriculation correspondent bien à votre achat ?

 

Enfin, si après votre achat, vous rencontrez des problèmes autres que ceux liés à l’usure normale d’un véhicule d’occasion, sachez que vous pouvez faire jouer la garantie des vices cachés, à condition de le faire dans les 2 ans qui suivent la découverte du vice.

Consomag
Haut de page