Assurance habitation : attention au gel


 

En période hivernale, vos installations de plomberie et de chauffage sont parfois mises à rude épreuve. En cas de rupture d'un tuyau, par exemple, les conséquences peuvent être graves, tant au niveau de la canalisation elle-même que de votre chaudière, de vos radiateurs ou de vos autres biens.
 
Votre assurance multirisques habitation (MRH) peut vous indemniser en cas de sinistre, mais attention : tous les frais ne seront pas nécessairement pris en charge. De plus, pour éviter certaines déconvenues, vous devrez bien souvent avoir pris des mesures de précaution précises.
 
 
Que prend en charge l'assurance ?
 
Installations intérieures

Votre assurance MRH prend en charge les dommages causés à vos biens, ainsi qu'à ceux de vos voisins, provenant du gel (ou du dégel) des canalisations, appareils et installations de chauffage situés à l'intérieur des bâtiments.
 
Le plus souvent, les dommages subis par la canalisationelle-même (ou plus largement par l'installation) ne sont pas pris en charge ; seuls les dommages consécutifs le sont. Cela signifie qu'en cas de rupture d'un tuyau entraînant une inondation, les biens endommagés par l'eau seront couverts, mais pas les frais liés au dégel de la canalisation ou à sa réparation. La plupart du temps, l'eau perdue ne vous sera pas non plus remboursée par l'assureur.
 
Installations extérieures
 

Sauf exception, en cas de fuite ou de rupture d'une canalisation extérieure, votre assureur n'interviendra pas.
 

Quelles mesures de précaution faut-il prendre ?

Tout d'abord, pensez à bien protéger les installations extérieures avec des matériaux isolants. En effet, puisqu'elles ne sont généralement pas couvertes par l'assurance MRH, vous n'aurez le plus souvent aucun recours en cas de sinistre. Si vous détenez un compteur d'eau individuel, prenez-en également soin : sa protection vous incombe.
 
Mais la plupart des contrats d'assurance vous imposent de prendre des mesures de précaution supplémentaires, surtout en cas d'absence, sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à la non-prise en charge de vos dommages.
 
Donc attention : en ces périodes de grand froid, relisez bien les clauses mentionnées dans les conditions générales et particulières de votre contrat MRH (le plus souvent dans la partie "dommages aux biens", rubrique spécifique "gel" ou "dégât des eaux").
 
Les précautions à prendre sont variables d'un contrat à l'autre. Voici quelques exemples des plus répandus.
 
- En cas d'absence supérieure à trois ou quatre jours, quelle que soit la saison, il est demandé de couper l'eau de votre logement (robinet d'arrêt près du compteur).
 
- En cas d'inhabitation et si les locaux ne sont pas chauffés normalement : pendant les périodes de gel (température inférieure à 0 °C pendant plus de 24 heures), de grand froid, ou tout simplement entre novembre et avril, vous devez vidanger les conduites, les réservoirs et l'installation du chauffage central, ou bien utiliser des produits antigel.
 
Le non-respect de ces mesures entraîne des sanctions variables. Ce peut être l'absence complète de prise en charge du sinistre, ou un abattement (par exemple de 30 ou 50 %) sur l'indemnité versée, une part des frais restera alors à votre charge.
 
 

 

Sarah Lespinasse

 

Cliquez ici pour ouvrir de nouveau le bandeau d’information et de réglage des cookies Haut de page