Assurance "jeune conducteur" : ce qu'il faut savoir ! avec Familles de France


Qu'est-ce-qu'un jeune conducteur ?



S’il n’existe pas de définition légale du "jeune conducteur", ni dans le code de la route, ni dans celui des assurances, il est d’usage de dire qu’il s’agit de tous les automobilistes titulaires du permis de conduire depuis moins de 3 ans ou de toutes les personnes qui n’ont pas été assurées au cours des 3 dernières années :

 

  • les automobilistes qui n’ont jamais été assurés en leur propre nom ou comme conducteur secondaire,
  • les conducteurs d’un véhicule de fonction non désignés comme tels sur l’assurance du véhicule,
  • les automobilistes qui ont repassé le permis après une annulation.

Quoiqu’il en soit, l’assurance automobile est obligatoire. Vous avez donc l’obligation d’y souscrire.

 

Si vous conduisez la voiture de vos parents, il faut vous déclarer auprès de l’assurance de ces derniers comme conducteur secondaire. Ce statut vous autorise alors à conduire occasionnellement leur voiture sans avoir à payer de franchise majorée. A compter de sa date d’inscription, le bonus, ou éventuellement le malus, sera porter autant au crédit du conducteur principal qu’à celui du conducteur secondaire.

 

Résultat : lorsque vous assurerez votre propre voiture, vous récupérez une partie du bonus et votre prime sera alors moins élevée.

 

En tant que jeune conducteur, les assureurs peuvent vous considérer comme inexpérimentés et vous appliquer des surprimes censées compenser le risque plus élevé d’accident. Celles-ci sont prévues par le Code des assurances. Le tarif qui s’applique est alors supérieur à la prime de référence. Elle diminue de moitié chaque année sans accident responsable et disparaît au bout de 3 années complètes d’assurance sans accident. Elle est indépendante du coefficient de bonus/malus.

 

Sachez que les compagnies d'assurance n'appliquent pas toutes la surprime pour le conducteur novice. Comparez différentes propositions et vérifiez donc bien cet élément dans les conditions avant de signer le contrat.

Consomag
Haut de page