Comment fonctionne une requête web et quel est son impact ? avec l'ADEME


Réponse de Roland MARION de l'ADEME



Une requête web fonctionne ainsi :

 

  •  vous faites appel à un moteur de recherche qui sollicite le data center du moteur en question. Ce dernier vous transmet sa page d’accueil,
  • vous rédigez ensuite votre requête par mot-clé dans le champ de recherche du moteur. Ce sont souvent plusieurs serveurs situés dans des data centers distincts qui cherchent les sites ou les pages dans une sorte de répertoire géant et vous présentent les résultats sur des pages web,
  • vous cliquez sur celui qui vous intéresse. Soit le lien permet d'accéder directement au serveur du site ou des pages que vous avez choisi, soit les serveurs du data center du moteur traitent votre sélection à des fins de transaction publicitaire avant de basculer vers le serveur du site choisi.

Votre recherche crée donc du trafic ! Un trafic qui est loin d’être anodin, car cette opération, aussi banale soit-elle, sollicite : ordinateur et box Internet fixe, ou téléphone et antennes relais, routeurs, câbles, serveurs, unités de stockage… des équipements bien réels qui génèrent de la pollution.

 

Selon une étude de l’Ademe datant déjà de 6 ans, un internaute français effectuait entre 2 et 3 recherches par jour sur Internet, soit environ 950 par an. L’impact de 29 millions d’internautes correspondait à près de 300 000 tonnes équivalent CO2 par an, c’est-à-dire l'équivalent des émissions de plus de 2 milliards de km parcourus en voiture.

 

L’impact d’une requête web dépend du temps de recherche et du nombre de pages consultées. Si vous allez directement à l’adresse du site, sachez que vous divisez par 4 les émissions de gaz à effet de serre !

 

Pour éviter cela, quelques conseils :

 

  • tapez directement l’adresse du site,
  • utilisez l’historique de vos consultations,
  • créez des favoris dans votre navigateur pour toutes les adresses que vous consultez régulièrement,
  • utilisez des mots-clés précis,
  • ciblez votre demande, grâce à la recherché avancée, pour limiter la sollicitation des serveurs du moteur de recherche. Sachez également que certains navigateurs sont plus gourmands que d’autres,
  • pensez à limiter, via des plug-ins, certaines fonctions graphique,s comme les animations flash ou les vidéos sur les pages consultées, car elles consomment plus d’énergie.
Consomag
Haut de page