Comment limiter ses déchets issus de la crise sanitaire ? avec la CLCV


Antoine : "Comment faire pour réduire mes déchets issus de la crise sanitaire ?".



Vous avez raison Antoine, la crise sanitaire nous a obligé à changer nombre de nos habitudes. Et parmi elles, l’utilisation des produits à usage unique, a malheureusement, connu une véritable croissance.

 

Avec la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, l’année 2020 s’annonçait comme le point de départ de l’accélération du changement de modèle de production et de consommation pour limiter les déchets. Mais la pandémie a bousculé l’agenda, favorisant le recours massif de l’usage unique, comme le souligne l’association Consommation Logement et Cadre de vie.

 

En effet, depuis le début de la crise sanitaire, l’utilisation des masques, des gants, des flacons de gel hydro-alcoolique, mais aussi l’explosion de la vente à emporter, du click and collect et du suremballage, ont produit des effets indésirables sur le secteur des déchets.

 

Selon un rapport publié en décembre 2020 par l'organisation de protection de la mer OceansAsia, plus de 1,5 milliard de masques se sont retrouvés dans les océans l'an dernier, soit l'équivalent de 6 200 tonnes de déchets plastiques supplémentaires.

 

Alors comment faire ?

 

Et bien l’idéal pour les masques, est de privilégier ceux qui sont réutilisables et qui peuvent se laver en machine. En dehors des masques dits "chirurgicaux", le Haut Conseil de la Santé publique préconise pour le grand public, l’utilisation de masques réutilisables de catégorie 1. Ils doivent avoir une filtration d’au moins 90 % et respecter les normes de l’Afnor.

 

Si vous avez un doute, vérifiez la catégorie sur l’emballage ou la notice qui doivent y faire mention.

 

Et une fois mon masque en fin de vie que dois-je en faire ?  

 

Alors évidemment, on ne le jette pas dans la nature ! Il faut le mettre dans la poubelle des ordures ménagères. Vous pouvez aussi voir si près de chez vous une collecte de recyclage pour les masques existe. Certaines communes s’y mettent donc et cela vaut le coup de se renseigner.

 

En dehors du masque, est-ce qu’il y a d’autres gestes à adopter ?

 

C’est vrai que l’utilisation massive de gel hydro-alcoolique est également une source de déchets supplémentaires, puisqu’ils sont conditionnés dans des contenant en plastique.

 

Pour la limiter, vous pouvez acheter un grand flacon qui vous permettra de remplir au fur et à mesure un contenant plus petit.

 

En résumé :

 

  • + de 1,5 milliard de masques se sont retrouvés dans les océans l'an dernier.
  • Vérifier les préconisations du Haut Conseil de la Santé publique sur hcsp.fr.
  • Abandonner son masque sur la voie publique est passible d’une amende de 68 €.

 

Consomag
Haut de page