Démarchage à domicile : comment éviter les arnaques ? avec la CLCV


Le démarchage à domicile met le consommateur dans une situation de vulnérabilité à plusieurs titres. Quitter un magasin est plus facile que de signifier son refus à un vendeur qui se montre insistant. Les prix et les références d’autres produits qui permettent de se faire une idée de la diversité des offres ne sont pas facilement accessibles quand on est chez soi.



Malgré le discours bien rodé du vendeur, il ne faut pas signer dans la précipitation. N’hésitez pas à demander au vendeur de vous laisser les documents et à repasser. Cela vous permettra de réfléchir à votre besoin et de comparer avec les autres offres du marché. Afin de vous faire signer certains démarcheurs n’hésitent pas à usurper l’identité d’un professionnel que vous connaissez comme votre fournisseur d’énergie. Demandez à voir la carte professionnelle pour vérifier à qui vous avez affaire.

 

La remise d’un contrat est obligatoire. Il doit notamment préciser si le consommateur bénéficie ou pas d’un délai de rétractation de 14 jours. Il est interdit au professionnel de réclamer toute contrepartie financière pendant 7 jours.

 

Il faut rester très attentif aux documents que l’on signe car les pièges sont nombreux. Un contrat antidaté fera perdre tout ou partie du délai de rétractation. Un document présenté comme un simple avis de passage ou comme un sondage peut en réalité être un contrat.   

 

Un commercial peut adopter un discours trompeur pour vous faire signer, il mettra par exemple en avant des rendements mirobolants pour des panneaux solaires. Face à cette situation, demandez-lui d’écrire ses affirmations sur le contrat. S’il refuse, il est à craindre que ses affirmations soient trompeuses. On n’est jamais obligé de laisser entrer un démarcheur.

Consomag
Haut de page