Dispositifs de géolocalisation des personnes désorientées : comment choisir ? avec la CNSA


La population mondiale ne cesse d’augmenter mais aussi de vieillir. Nous compterons de plus en plus de personnes de 80 ans et ce sont elles les plus touchées par la maladie d’Alzheimer. Cette maladie entraine une perte progressive des facultés cognitives et de l’autonomie.



A qui sont-ils destinés ?

Des dispositifs, comme les appareils de géolocalisation, sont aujourd’hui commercialisés pour accompagner ces personnes malades dans leurs sorties et rassurer leurs proches. Ces appareils ne sont pas tous simples à utiliser et à paramétrer, mais ils sont aujourd’hui précis quand ils envoient la position de leur porteur.

 

Pour les personnes accompagnantes, de nombreuses questions se posent :

  • que faire si la personne refuse d’être équipée ?
  • est-il acceptable de surveiller une personne à son insu ?

 

Comment choisir les appareils de géolocalisation ?

Ces appareils se présentent sous forme de médaillon, de montres ou de ceinture. Pour bien les choisir, il est indispensable de cerner les besoins et les capacités du futur porteur et pour cela, l’idéal est d’échanger avec son médecin, un ergothérapeute et l’entourage de la personne.

 

Il faut regarder dans le détail les différentes fonctionnalités des appareils et vérifier qu’elles sont faciles à mettre en œuvre :

 

  • pour le porteur, le bouton d’alerte est-il facilement accessible ? Envoie-t-il un appel, un SMS et/ou un e-mail d’urgence ?
  • pour l’aidant, ce dernier est-il capable d’utiliser le site internet ou l’application mobile pour repérer la position du porteur (vérifier également la qualité de la communication, l’autonomie de l’appareil, son prix et celui de l’abonnement).

En ce qui concerne les contrats, l'aidant ou l'accompagnant doit prendre le temps de les lire : il faut que les tarifs et les services inclus soient clairement décrits. Il faut regardez si la disponibilité des assistances est incluse et vérifier les modalités de résiliation. L’accord de la personne est indispensable.

 

Si une personne est réticente, il faut lui expliquer l’utilisation qui en sera faite et quels avantages elle pourra en retirer.

Consomag
Haut de page