Enfants et maux du quotidien : médicaments ou pas ? avec l'UFC-Que choisir ?


Ces dernières années, plusieurs études ont mis en lumière un recours excessif aux traitements médicamenteux chez les plus jeunes. Alors, même si la tendance aujourd’hui est à la mesure, il faut faire le tri entre les bons et les mauvais médicaments pour les petits maux du quotidien.



Commençons par ceux qui font légion : les rhumes.

 

Les meilleurs alliés sont le sérum physiologique en dosette ou l’eau salée en spray plusieurs fois par jour.

 

Oubliez définitivement :

 

  • les sprays antiseptiques ou décongestionnants pour le nez (ceux-là sont officiellement contre-indiqués aux moins de 15 ans),
  • les suppositoires combinant un antiallergique et du paracétamol,
  • les inhalations à base d’huiles essentielles. Aussi naturelles soient-elles, ces dernières peuvent entraîner un risque de convulsions, à cause du camphre ou de l’eucalyptus.

En ce qui concerne la toux, la totalité des sirops, suppositoires ou poudres qui prétendent supprimer la toux grasse n’ont pas d’utilité prouvée et présentent des effets indésirables. En revanche, en cas de toux sèche persistante, un sirop spécialement formulé pour jeunes enfants peut être utilisé. Mais mieux vaut s’en passer si l'on peut. La toux est le plus souvent bénigne à moins qu’elle s’accompagne d’une fièvre persistante, de difficultés à respirer ou si elle est liée à une allergie. 

 

A noter, ces médicaments sont tous contre-indiqués chez les moins de deux ans. Mais comme ils sont en vente libre, soyez vigilants !

 

Pour ce qui est de la fièvre et des douleurs, si un médicament est nécessaire, le paracétamol fait l’affaire, à condition de bien respecter la posologie. L’ibuprofène est également efficace, mais en raison de ses contre-indications et de ses effets indésirables, un avis médical est nécessaire.

 

Et surtout quelque soient les symptômes, s’ils persistent plus de 5 jours, il faut absolument consulter un médecin.

 

Consomag
Haut de page