Escroquerie sur Internet : comment ne pas se faire avoir ? avec Cybermalveillance.gouv.fr


Qui n’a jamais reçu dans sa boîte mel ou par SMS, des offres alléchantes indiquant que vous avez gagné une somme d’argent ou que les services des impôts, de la CAF ou de l’assurance-maladie vous doivent un trop perçu ou encore qu’un colis vous attend à la Poste ?



Cette pratique s’appelle le phishing. Le principe du phishing est de vous voler OU de récupérer vos données personnelles sur internet. Des pirates informatiques tentent, en prenant l’identité d’un interlocuteur avec lequel vous avez l’habitude de communiquer, de vous demander des données personnelles : vos numéros de code, votre numéro de carte bancaire… dans l’unique but de vous les voler.

 

Surfer sur Internet sans être vigilant, c’est comme traverser une rue sans regarder : ça peut faire très mal.

 

Sur Internet, il faut aussi acquérir les bons gestes réflexes : ne répondez jamais à un courriel qui vous demande vos coordonnées bancaires, identifiant ou mot de passe. Votre banque ou tout autre institution de confiance ne vous les demandera jamais par mel. En cas de doute, contactez directement l’organisme concerné et ce, sans utiliser le lien ou le numéro de téléphone proposé dans le mel et qui peuvent être piégés.

 

Pour prévenir tout risque d’escroqueries :

 

  • ne jamais communiquer d’informations sensibles par messagerie ou téléphone,
  • vérifier l’adresse du site qui s’affiche dans votre navigateur et en cas de doute, contacter l’organisme concerné,
  • utiliser des mots de passe complexes et différents sur tous les sites,
  • activer la double authentification pour sécuriser vos accès,
  • et signaler les mel douteux à Signal-spam.fr

Si vous êtes victime d’une escroquerie, déposez plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche avec tous les renseignements utiles en votre possession.

 

Pour être conseillé, vous pouvez appeler Info Escroquerie au 0 805 805 817 ou signaler un contenu illicite sur le site internet-signalement.gouv.fr.

 

> Pour plus d’informations visitez le site Cybermalveillance.gouv.fr

Consomag
Haut de page