La suppression du mandat cash avec la CNAFC


Ce service de transfert de fond avait été mis en place en 1995 et permettait de retirer une somme d’argent envoyée en espèce sans passer par un compte bancaire.



Deux formules étaient possibles :

 

  • le mandat cash urgent permettait aux destinataires de retirer immédiatement la somme qui leur avait été envoyée, dans un des 9 000 bureaux de poste de France,
  • le "mandat cash ordinaire" permettait de transférer jusqu’à 1500 €, disponible pour le bénéficiaire dès le lendemain du transfert.

Le mandat cash est plus particulièrement indiqué pour les personnes qui se trouvent au moins dans une des situations suivantes :

 

  • absence de compte bancaire,
  • impossibilité de produire un justificatif de domicile,
  • incapacité à utiliser d’autres moyens de paiement tels que virement, carte bancaire ou chèque.

Depuis le 1er janvier 2018, il n’est plus possible de transférer des fonds par le biais de ce service postal. Cette suppression serait due à la baisse du recours aux mandats cash. Une disparition due à la très forte bancarisation des français qui utilisent beaucoup les virements. Une façon aussi de lutter contre le blanchiment d’argent. Cependant, cette suppression pourrait poser des difficultés pour les personnes non bancarisées ou qui n’ont pas de compte bancaire et qui avaient recours au mandat cash.

 

Il restera des solutions alternatives pour émettre un mandat postal notamment via une entreprise américaine qui permet le transfert d’argent instantané dans toute la France mais à des tarifs beaucoup plus élevés que ce qui était pratiqué. Un nouveau mandat doit être mis en place pour le paiement de prestations sociales.

Consomag
Haut de page