Le financement participatif : comment ça marche ? avec l'Adeic


Aussi appelé crowdfunding, le financement participatif est un mécanisme qui permet de récolter des fonds, généralement de petits montants, auprès d’un large public. L’appel de fonds se fait à partir de la description d’un projet précis au moyen d’une plate-forme en ligne permettant de recueillir les fonds versés. Les secteurs les plus concernés sont les suivants : projets créatifs dans le domaine de la musique, de l’édition ou de la réalisation de films.

 



Il existe trois différentes formes de plateforme de financement participatif :

 

  • les plateformes de dons, qui permettent de récolter des contributions monétaires pouvant donner lieu à des contreparties non-financières diverses (CD dédicacé par l’artiste, places de spectacle, etc.),
  • les plateformes de prêts, qui permettent le financement de projets via des prêts gratuits ou rémunérés,
  • les plateformes d’investissement qui permettent le financement d’un projet entrepreneurial dont la contrepartie est la participation aux éventuels bénéfices du projet.

Le financement participatif présente des risques spécifiques, comme par exemple :

 

  • un risque de perte de tout ou partie du capital investi ou des fonds prêtés, notamment en cas de difficulté de l’entreprise ou du particulier porteur de projet,
  • l’absence de cotation des titres, compliquant l’appréciation de leur valeur de cession,
  • l’absence de dépôt des fonds auprès d’un établissement financier contrôlé, emportant un risque de détournement des paiements effectués par le biais de la plate-forme.

Si vous désirez participer financièrement à un projet participatif, renseignez-vous avant de vous engager, sur la nature de l’opération proposée ainsi que sur les obligations pesant sur la plate-forme de crowdfunding et sur le porteur de projet.

 

Vérifier que l’organisme concerné figure bien sur la liste des prestataires autorisés à exercer en France.

 

Haut de page