Quelle fin de vie pour un smartphone ? avec l'ADEME


Réponse de Roland MARION de l'ADEME



En France, on a un stock de smartphones estimé à 100 millions, dont 30 millions non utilisés et stockés ! Or, dans un smartphone, se trouvent de nombreuses matières premières à haute valeur ajoutée qui peuvent être recyclés, réutilisés ou valorisés. 100 % des matières premières ont une seconde vie, dont 80 % sont recyclés en matière et 20 % en énergie ! SI on la garde, l’industrie va devoir aller en chercher ailleurs, ce qui a des impacts sur l’environnement, auxquels s’ajoutent des impacts sociaux et sanitaires. 

 

La première chose à faire, si on a un smartphone qui dort chez nous dans un tiroir, c’est de le sortir de son stockage pour le mettre dans une boucle vertueuse : un point d’apport volontaire ou un point de collecte, en magasin. Les distributeurs ont l’obligation de reprendre vos anciens appareils.

 

Les téléphones collectés sont ensuite reconditionnés ou recyclés selon leur état. Les plastiques pourront servir dans l’automobile ou pour la fabrication de nouveaux équipements électroniques.

 

Les métaux trouveront toutes sortes d’usages industriels. Enfin, la fraction qui n’aura pas une seconde vie sous forme de matière, comme certains plastiques en trop petites quantités ou mélangés, seront envoyés en valorisation énergétique en substitution du pétrole vierge, une ressource non renouvelable !

Consomag
Haut de page