Quels réflexes adopter contre le démarchage téléphonique ? avec la CLCV


Le démarchage téléphonique est devenu de plus en plus agressif et il n’est pas rare de décrocher son téléphone pour entendre à l’autre bout du fil un commercial toujours prompt à vous vendre un service ou un bien dont vous n’avez pas nécessairement besoin !



Aussi, sachez qu’à chaque fois que vous communiquez vos coordonnées à un professionnel pour lui acheter un bien ou un service, celui-ci ne va pas uniquement les utiliser pour traiter votre commande, et bien souvent il va les céder à des tiers dans le but de prospection commerciale.

 

C’est pourquoi, pour limiter ce type d’appel, il ne faut pas hésiter à préciser systématiquement que vous vous opposez à la cession de vos coordonnées à des tiers dans un but de prospection.

 

Vous pouvez aussi signaler votre opposition sur les annuaires et vous inscrire sur la liste anti-protection téléphonique BLOCTEL, directement sur Internet.

 

Par ailleurs, il faut savoir qu’un professionnel qui prospecte par téléphone doit, en préambule, annoncer son identité et l’objet commercial de son appel. A ce moment-là, il ne faut pas hésiter à lui indiquer que vous ne souhaitez plus être appelé, noter ses coordonnées, son numéro et mettre fin à l’appel. Si vous êtes inscrit sur Bloctel, signalez cette prospection sur le site pour ne plus être importuné.

 

Il faut également être vigilant, car il arrive qu’après une prospection téléphonique à laquelle vous n’avez pas donnée suite, une confirmation de souscription vous soit envoyée ! Il s’agit alors d’une technique de vente illégale face à laquelle vous devez réagir.

 

Sachez que vous ne pouvez être engagé par l’offre adressée par le professionnel que si vous avez donné votre consentement de manière explicite, c’est-à-dire via votre signature sur papier ou par voie électronique.

 

Si ce n’est pas le cas, il faut contester par courrier recommandé auprès du professionnel l’existence de ce contrat.

Consomag
Haut de page