Rappel des produits dangereux : comment ça marche ? avec la CNL


Il arrive que des produits présentant des risques pour les consommateurs soient détectés sur le marché : substances interdites au sein de l'Union européenne, présence d'allergènes, dangerosité pour la santé à cause de présence de résidus chimiques, présence d'éléments pathogène, de bactéries...



Dans un cas comme dans l'autre, les industriels (dans un premier temps), puis les organismes de l'Etat, sont amenés à procéder ou à ordonner, soit :

 

  • à un rappel du produit,
  • à son retrait.

Ces dernières années, les scandales liés à des produits dangereux, tels celui des Smartphones rappelés à l’échelle mondiale à l’automne 2016, se sont multipliés. C’est presque quotidiennement que l’on apprend qu’un modèle de voiture, un médicament, une peluche, des appareils électro-ménagers, du lait... autant de produits très variés, s’ajoutent à la liste des produits faisant l’objet d’une procédure de retrait.

 

Retirer un produit de l'entrepôt de stockage, voire des rayons du supermarché, pour empêcher sa distribution (et donc sa consommation), est la solution la plus simple pour limiter au maximum le risque sanitaire.

 

Le rappel de produit, lui, est plus complexe : il consiste à informer les consommateurs par voie de presse en leur demandant de ramener le produit en magasin ou de le détruire. L’affichage peut être fait en magasin, ou sur le site internet du distributeur, par exemple .

 

Sachez que vous pouvez à tout moment consulter la liste des avis de rappels de produits mis en place par différents organismes : des associations de consommateurs et la DGCCRF en consultant leur site.

Consomag
Haut de page