Revue de presse internationale - Juillet-Août 2015

Lu pour vous dans la presse consumériste internationale


Au-delà des préoccupations actuelles et communes comme la protection de l’environnement, la sécurité des consommateurs, la défense de ses droits face aux entreprises et aux Etats, le souci de consommer sain et local, la presse consumériste internationale s’intéresse de près aux petits soucis de la vie quotidienne et aux avancés techniques ou scientifiques qui peuvent les régler et les atténuer. D’ailleurs ce ne sont pas forcément des avancées : le meilleur anti-moustique est le ventilateur, démontre Consumer reports, le meilleur crochet est un aimant, selon les Suisses de K-Tipp. Quant aux Portugais, ils constatent une tendance qui touche le prêt-à-porter, mais qui n’est pas une mode souhaitable. Tandis que les multinationales de l’habillement ont conquis une bonne partie des rues de la planète, l’on se rend compte que les tailles de leurs vêtements sont devenues hétérogènes, variant de plus en plus entre enseignes ou marques, et ne correspondent plus aux mensurations des habitants. La norme des tailles de vêtement qui n’est plus respectée : là encore, ce n’est pas une avancée. C’est même un recul.


 

Le meilleur anti-moustiques au jardin

 

Dans son numéro d’été, Consumer Reports consacre un dossier aux produits anti-moustiques. Pour gagner la bataille contre les insectes, les experts de la revue consumériste ont mis sur pied une méthode originale.

Le site de test a été installé en extérieur pour simuler un espace barbecue de 25 pieds sur 30, où 250 moustiques Aedes, réputés pour être des piqueurs agressifs, ont été lâchés.

Quatre testeurs en combinaison de protection se sont installés à une table de pique-nique, où ils ont allumé une bougie d’extérieur à la citronnelle. Ils ont minutieusement compté le nombre de fois où les moustiques se sont posés sur eux. Ils ont ensuite testé un diffuseur de géraniol. Enfin, ils ont mis en place un ventilateur oscillant sur pied, réglé sur la vitesse la plus élevée.

Ni le seau de citronnelle, ni le diffuseur de géraniol n’ont gardé les moustiques à distance. Mais le ventilateur a tenu ses promesses. Il a permis d’empêcher les moustiques de se poser sur les personnes assises à proximité, en réduisant les attaques de l’ordre de 45 à 64 %. Voilà qui confirme une enquête dans laquelle 45 % des américains disaient préférer les ventilateurs, contre 31 % seulement les bougies.

 

Source : Consumer Reports (Etats-Unis), juillet 2015

> Accéder au site

 

Fondée en 1936, l'association de consommateurs Consumers Union (CU) publie le magazine Consumer Reports, le site Internet ConsumerReports.org et deux bulletins, Consumer Reports on Health et Consumer Reports Money. Ses sites et publications comptent plus de 7 millions d’abonnés. L'association a également plus de 500.000 militants en ligne qui l'aident dans ses actions en faveur de l'intérêt des consommateurs. CU est membre de Consumers International (CI) et de International Consumer Research & Testing (ICRT).

> Pour en savoir plus

 

 

 

Les crochets autoadhésifs, à coller ou à ventouse tiennent-ils leur promesse ?

 

Où accrocher le torchon ou la serviette de bain sans être obligé de sortir la perceuse pour trouer les carreaux de la cuisine ou de la salle de bain ? Comment être sûr d’acheter un crochet qui tiendra bon ? Que choisir entre les crochets à ventouse, les autoadhésifs et les crochets à coller ? Ce sont les questions que s’est posée l’équipe du magazine de consommation suisse K-Tipp.

Lorsqu’on a besoin d’accrocher un sèche-cheveux, une poêle ou une veste sur un mur, parce qu’on est locataire et qu’on ne veut pas multiplier les trous dans les murs, le crochet est souvent la solution idéale. A condition de choisir le bon parmi tous les modèles proposés dans le commerce. On trouve des crochets autoadhésifs simples ou munis d’un film électrostatique, des crochets à ventouse avec ou sans système d’aspiration, ou des crochets à coller avec une colle spéciale.

K-Tipp a testé 20 crochets des trois types pour évaluer leur aptitude à rester bien en place sous le poids des objets accrochés. Les testeurs ont également vérifié s’il est possible de les retirer facilement et sans résidus.

Bonne nouvelle : six produits sont jugés "très bon" Ils ont soutenu un poids de 750 grammes pendant plus d'un mois. Quatre crochets ont un pouvoir d’adhérence insuffisant et sont tombés en quelques jours. Le gagnant est le crochet Stativ Loc Uno de la marque Wenko. Il ne se colle pas, ne se ventouse pas, mais adhère au support avec un film à charge électrostatique. Il se pose rapidement, peut être démonté facilement et réutilisé. Il tient bon autant dans un environnement humide qu’en atmosphère sèche.

 

Source : K-Tipp (Suisse), avril 2015

> Accéder au site

 

K-tipp est un magazine de consommation bimensuel très populaire en Suisse alémanique. Il propose des enquêtes sur des thématiques consuméristes, des conseils juridiques et des tests de produits. Il est publié par Konsumenteninfo AG, qui édite d’autres journaux tels que le magazine de consommation Saldo en langue italienne, et des revues dans le domaine de la santé, de la culture, de l’argent, de la maison et des loisirs.

> Pour en savoir plus

 

 

 

Le prêt à porter dépasse la mesure

 

Les équipes du journal portugais Proteste ont acheté des vêtements pour femme, homme, enfant et bébé. Objectif : mesurer des vêtements similaires pour vérifier s’il existe des différences de taille significatives en fonction des marques et des enseignes.

12 magasins, 33 vêtements, 21 marques, des différences de plus de 8 cm

De grandes disparités ont été relevées. Dans une même taille 38, les pantalons pour homme achetés chez H & M ont un tour de taille plus large de 8 cm que chez Primark. Le pantalon H & M en 32 est encore plus large à la taille que le modèle similaire de C & A en 34. Les chemises pour homme en taille M ont un tour de poitrine moyen de 114 cm chez Cortefiel et de 106 cm chez H & M. Il y a des différences de 6 cm au niveau du tour de cou entre les chemises de Lyon de Porches et celles d’Angelo Litrico (C & A). Au rayon femmes, les tours de poitrine sont de 95 cm pour Bruxelas et 102 cm pour Yessica (C & A) pour un haut de taille 40. Chez l’enfant, on constate des différences de 5 cm entre les pantalons Zippy Baby, Chicco et Natura Pura. Et des variations de 4 à 5 cm à l’encolure entre les modèles de C & A et ceux de Chicco et Lanidor Kids & Junior. Dans les vêtements pour bébé le différentiel pour une même taille de 9 -12 mois va jusqu’à 5 cm, ce qui est considérable.

Une étude anthropométrique récente de l’institut CITEVE - Technologia Tèxtil, basée sur la mesure de 400 points physiques de près de 2 000 hommes et femmes de 18 à 86 ans, révèle que la femme portugaise mesure en moyenne 1,59 m, pèse 64 kg, affiche 97 cm de tour de poitrine, un tour de taille de 86 cm et un tour de hanche de 103 cm. "Loin du mythique 86-60-86", s’amuse Proteste. Le Lusitanien est plus grand, 1,71 m, et pèse 77 kg. Les mensurations des voisins espagnols et du sud de la France sont sensiblement les mêmes. Elles sont différentes dans le reste de l'Europe.

Dans un marché mondialisé certains magasins proposent du L, XL et XXL aux consommateurs portugais, ce qui est une aberration étant donné les mensurations constatées dans le pays. "Ce n’est pourtant pas au consommateur de s’adapter ! ", martèle Proteste.

S, M, L, 38, 40... Il faut faire table rase de ses références et prendre ses propres mesures, au moins au niveau de la poitrine, de la taille, ainsi que la hauteur de jambe depuis la hanche et l’aine. Ensuite, vérifier si elles coïncident avec l'étiquette des vêtements. Ou alors prendre le temps d’essayer le vêtement. Proteste suggère aux marques d’adopter une indication des tailles en centimètres, avec en plus une mention sous forme de lettre. Ce serait bien plus pratique pour les consommateurs.

 

Source : Proteste (Portugal), mai 2015

> Accéder au site

 

Les activités de DECO (Defesa do Consumidor) sont menées par deux entités juridiques : DECO, Association portugaise de défense des consommateurs, et DECO Proteste Editions. DECO est membre du Bureau européen des unions de consommateurs  (BEUC), de Consumers International  (CI) et de International Consumer Research & Testing (ICRT).

> Pour en savoir plus

 

 

 

Annulation d’une vente : l’affaire du cendrier manquant

 

Une fumeuse s’était plainte de ce que sa nouvelle voiture n’était pas équipée de cendrier. Un tribunal allemand a décidé d’annuler la vente, relate « Test », le journal de la Stiftung Warentest.

Techniquement, la voiture de luxe achetée 135 000 € était parfaite. Seulement, un petit quelque chose manquait : le cendrier. Puisqu’il n’était pas possible de rééquiper le véhicule, le concessionnaire a conseillé de disposer une canette dans le porte-gobelet pour y déposer cendres et mégots de cigarettes. Mais l'acheteuse, mécontente, a préféré rendre la voiture. Et a porté l’affaire en justice.

Le Landgericht d’Osnabrück (tribunal de grande instance) lui a donné raison, dans une décision du 10 mars 2015 (Az 13 U 73/14). Le juge a convenu que le cendrier était un équipement essentiel pour une fumeuse. Et qu’il n’était pas raisonnable de lui demander d’utiliser un cendrier de fortune installé dans le porte-gobelet. Le vendeur a dû reprendre la voiture et rembourser le prix du véhicule.

 

Source : Test (Allemagne), mai 2015

> Accéder au site

 

La Stiftung Warentest (fondation pour les essais comparatifs) est une organisation de consommateurs allemande créée en 1964 par décision du Bundestag afin d'offrir aux consommateurs, par des essais comparatifs de produits et services une aide indépendante et objective. La Stiftung Warentest coopère aussi avec le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC), Consumers International (CI) et l'Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l'information – European Network and Information Security Agency (ENISA) - l'agence européenne de «cyber-sécurité» chargée de la sécurité des réseaux et de l'information.

> Pour en savoir plus

 

 

 

 

Class Action transpacifique

 

Des consommateurs australiens vont pouvoir se partager 39,5 millions de dollars US (35 millions d’euros) grâce à une action de groupe contre 8 compagnies aériennes qui se déroule actuellement devant un tribunal californien.

Des petites annonces ont été publiées en Australie pour appeler les passagers qui ont emprunté des vols entre les Etats-Unis et l’Asie ou l’Océanie entre le jour de l’an 2000 et aujourd’hui, à s’enregistrer sur le site internet airlinesettlement.com. Les demandes éligibles recevront une indemnité à la fin de la procédure, qui pourrait durer quelques années.

Cette Class Action fait suite à des enquêtes du gouvernement américain sur la fixation des prix dans le secteur du transport aérien.

Les 8 compagnies aériennes en cause sont Air France, Cathay Pacific, Japan Airlines, Malaysian Airlines, Thaï Airways, Vietnam Airlines, Qantas et Singapore Airlines. Elles se défendent de toute entente. D’autres compagnies sont visées dans une autre instruction en cours : Air New Zealand, All Nippon Airways, China Airlines, EVA Airways et Philippine Airlines.

 

Source : Choice (Australie), mai 2015

> Accéder au site

 

Choice est la principale association de consommateurs en Australie, avec plus de 170 000 adhérents. Elle a été créée en 1959 sous le nom de Australian Consumers Association. L'organisation est très connue pour ses  "Shonky Awards", un palmarès annuel qui souligne le comportement douteux ou malhonnête d'entreprises.

> Pour en savoir plus

 

 

Alain-Henri Duval,
Service juridique, économique et de la documentation

Alain-Henri Duval,
Service juridique, économique et de la documentation - See more at: https://www.conso.net/content/revue-de-presse-internationale-avril-mai-2...
Haut de page