Téléphone mobile : comment éviter les frais d'itinérance à l'étranger ? avec la CNAFC


Les frais d’itinérance, qu'est-ce que c’est ?

Utiliser son smartphone à l’étranger, combien ça coûte ?



Lors de vos déplacements à l’étranger, votre téléphone portable se connecte automatiquement au réseau local. C’est ce qu’on appelle l’« itinérance locale ». Concrètement, cela signifie que si vous utilisez votre smartphone sur place en passant un coup de fil, en envoyant un SMS ou encore en surfant sur Iternet, le coût de ces services sera facturé par l’opérateur local à votre opérateur national. Résultat : des frais supplémentaires !

 

Au sein de l’Union eropéenne, pas de souci à vous faire pour vos appel et SMS car seul un petit montant additionnel aux tarifs nationaux peut-être facturé (soit 5 centimes maximum par minute).  Mais pour ce qui concerne l’Internet mobile, le plafond est de 50 €. Quand celui-ci est atteint votre connexion est automatiquement bloquée.

 

De plus, bonne nouvelle : à partir du 15 juin 2017, les frais d’itinérance devraient totalement disparaître dans l’UE. Là où vous devez être très très vigilant c’est en dehors de l’espace économique européen où il n’existe aucun plafonnement des tarifs.

 

Alors pour éviter les mauvaises surprises, quand vous partez à l’étranger, suivez nos conseils :

 

  • pensez à vérifier que les usages Internet de votre smartphone sont bien désactivés. Pour cela, rendez-vous dans les réglages de votre mobile et vérifiez que l’onglet « données à l’étranger » est bien inactif. Si ce n’est pas le cas, enclenchez ce mode !
  • soyez attentif au message que votre opérateur vous envoie lorsque vous franchissez une frontière en dehors de l’Espace économique européen puisqu’il n’y a aucun plafonnement tarifaire. Ce dernier vous informe du prix que vous allez payer pour effectuer et recevoir des appels, surfer sur Internet ou envoyer et recevoir des messages.
  • mais attention : seuls les particuliers bénéficient de ces règles protectrices. Alors si vous utilisez un mobile professionnel, prudence !

 

Consomag
Haut de page