Les dangers des "premix", ou boissons mélangées à l'avance avec l'Indecosa-CGT


Audrey "Je consomme régulièrement du rosé pamplemousse, comme il y a moins d’alcool, c’est moins dangereux pour la santé non ?".



Et bien non Audrey ! Ce type de boisson à base d’alcool et de jus, ou de sirop, est tout aussi dangereux pour la santé qu’une autre boisson alcoolisée.

 

Ce que l’on appelle des premix, ce sont des mélanges d'alcool et de jus de fruits, ou d’alcool et de boissons très sucrées du type sodas, destinées à couvrir le goût de l'alcool. Il peut s’agir de vins aromatisés, comme le blanc pêche ou le rosé fraise.

 

Alors pourquoi limiter sa consommation de premix ?

 

Premièrement, parce que ces boissons sont alcoolisées. Deuxièmement, parce que les premix contenant du vin, par exemple, sont généralement élaborés à partir de vin étranger, et/ou de moins bonne qualité, mélangés à des boissons sucrées pour écouler les stocks des producteurs. Enfin, le sucre présent dans ces boissons est lui aussi mauvais pour la santé.

 

De plus, comme les prix sont extrêmement bas, le marketing de ces produits attire surtout les jeunes adultes. Les distributeurs de premix n’hésitent pas, par exemple, à faire tester gratuitement leurs produits lors de soirées publicitaires. Certaines marques vont jusqu’à payer des influenceurs pour faire la publicité de leur boisson sur les réseaux sociaux. Or ces médias ciblent en grande partie les mineurs et les jeunes adultes. Malheureusement, cela favorise le binge drinking, c’est-à-dire une consommation excessive et rapide d’alcool, et conditionne des usages qui peuvent conduire à la dépendance chez les plus jeunes.

 

C’est donc pour dissuader les jeunes consommateurs, qu’en 2019, le parlement a voté l'instauration d'une taxe sur les "premix" à base de vin. La taxation des "premix" à base d’alcool fort existait déjà à hauteur de 11 euros par décilitre d'alcool pur, mais les "premix" à base de vin étaient jusqu'alors exonérés.

 

La loi fixe donc maintenant une taxation de 3 euros par décilitre d'alcool pur, pour ces boissons à base de vin. ou vin aromatisé  Car la fiscalité permet l’augmentation des prix de l’alcool et en diminue ainsi l’attractivité.

 

Enfin, bien sûr, rappelez-vous, comme c’est indiqué sur les bouteilles, que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération !

 

 

En résumé :

 

  • alcool de mauvaise qualité + sucre = mauvais pour la santé,
  • les marques de premix visent les jeunes,
  • risques : binge drinking = consommation excessive et rapide d’alcool et dépendance,
  • taxation de 3 euros par décilitre d’alcool pur.

 

Consomag
Haut de page