Une hausse du prix des pâtes à prévoir début 2020


Depuis le début de l’année, le prix à la tonne du blé dur sur le marché mondial a augmenté de 40 €.

 

Les fabricants de pâtes alimentaires, qui sont composées à 90 % de blé dur, anticipent une hausse des prix de vente aux consommateurs au courant du 1er trimestre 2020.

 

Pourquoi le prix du blé dur a-t-il augmenté ?

Comme pour tous les biens, le prix d’un produit dépend à la fois du niveau de l’offre et de la demande : si l’offre baisse, et que la demande reste identique ou bien qu’elle augmente, alors le prix augmente. Et inversement, si l’offre augmente, les prix diminuent (à demande constante).

 

C’est le premier scénario que l’on constate concernant le marché mondial du blé dur : une baisse de l’offre et une demande toujours en hausse.

 

La baisse de production (offre) de blé dur vient en premier lieu d’une baisse de quantité et de qualité des récoltes canadiennes (premier producteur et exportateur mondial de blé dur) due aux intempéries (neiges et pluies diluviennes). On constate également une baisse des quantités récoltées en Europe, notamment en Italie.

 

Ainsi, la production mondiale de blé dur atteint un niveau historiquement bas de 35,6 millions de tonnes.

 

Parallèlement, la consommation (demande) de blé dur continue de progresser. Les professionnels du secteur estiment qu’il va manquer 2,6 millions de tonnes de blé dur pour répondre aux besoins.

 

Avec une demande plus importante que l’offre, les prix augmentent. C’est ce qu’on peut constater grâce à l’indice du blé calculé en € par tonne délivré par le SIFPAF (Syndicat des Industriels Fabricants de Pâtes Alimentaires en France).

 

 

 

Entre janvier et octobre 2019, le prix à la tonne du blé dur est passé de 235 € à 275 €, soit une hausse de + 17 %.

 

 

Quelles conséquences sur le prix des pâtes alimentaires ?

Pour comprendre l’impact d’une hausse du prix du blé dur sur le prix des pâtes alimentaires, il faut regarder comment leur prix est décomposé. Selon l’Observatoire de la formation des prix et des marges, pour 500 grammes de pâtes, il faut compter 1,54 € en 2017, et voici comment ce prix est décomposé :

 

 

On constate que sur 1,54 € :

 

  • 0,34 € correspondent au coût du blé dur, soit 22 % du prix,
  • 1,12 € correspondent aux marges brutes des industries et de la distribution, soit 73 % du prix (et environ 230 % du prix de la matière première),
  • Et 0,08 € correspondent à la TVA (réduite à 5,5 %).

 

Si le prix du blé dur augmente de + 17 %, et qu’on garde le même montant de marges (c’est-à-dire 1,12 €), le nouveau prix de 500 grammes de pâtes est alors de 1,60 € :

 

 

On constate que seul le prix de la matière première a augmenté, passant de 34 centimes à 40 centimes d’euros. En passent de 1,54 € à 1,60 €, le prix des pâtes a augmenté de + 4 %.

 

La consommation de pâtes d’un Français est de 8,4 kilogrammes en moyenne sur un an. Avec une hausse de 6 centimes pour 500 grammes de pâtes, cela représente environ 1 € sur un an.

 

 

Cependant, si les industriels et les distributeurs souhaitent garder la même proportion de marges (environ 230 % du prix de la matière première, toujours selon les données de l’Observatoire de la formation des prix et des marges), voici la nouvelle décomposition des prix :

 

 

Le nouveau prix est alors de 1,81 € pour 500 grammes de pâtes, soit 27 centimes de plus, ce qui correspond à une hausse de + 18 %. Cette augmentation représente un coût de 4,54 € par an et par personne.

 

Ainsi, la hausse du prix de vente des pâtes alimentaires envisagée pour le début de l’année 2020 devrait être comprise entre + 4 % et + 18 %.

 

Ces calculs restent une estimation, basée sur une décomposition des prix observées en 2017, il est probable que celle-ci ait évolué au cours des deux dernières années. Ils ne reflètent pas la réalité de ce qui pourrait se produire début 2020.

 

En observant l’historique de la décomposition du prix des pâtes alimentaires ces dernières années, on constate que les marges des distributeurs et des industriels ont tendance à diminuer quand le prix de la matière première augmente. Selon le témoignage anonyme d’un fabricant recueilli par Le Parisien le 28 novembre dernier, le prix de vente aux consommateurs des pâtes alimentaires devrait augmenter de + 8 %.

 

 

Sophie Rémond,

Economiste à l'Institut National de la Consommation

Haut de page