Les couches pour bébé, l’INC a son mot à dire sur la qualité


Les couches jetables facilitent considérablement la vie des parents, elles sont incontournables, même s’il existe d’autres solutions plus marginales comme les couches lavables. En moyenne, un enfant porte 5 changes par jour, ce qui représente 1 800 couches par an et près de 4 500 couches jusqu’à l’âge de la propreté. Sont-elles vraiment irréprochables en termes de composition chimique et d’efficacité ?



C’est ce que l’INC a voulu vérifier en réalisant un essai comparatif en juillet 2018 sur 12 couches provenant de marques conventionnelles, écologiques, de marques de distributeurs et de marques vendues exclusivement sur Internet.

 

Et comme pour tous les essais comparatifs réalisés par l’Institut national de la consommation, avant la mise ne route des analyses, une étude de marché a été effectuée. Elle a permis d’identifier les produits les plus utilisés par les consommateurs, puis ces produits ont été achetés en magasins comme tout un chacun.

 

Justine Berteau, vous êtes ingénieur santé cosmétique à l’INC. Comment avez-vous procédé pour cet essai ?

 
Nous avons effectué en laboratoire des analyses chimiques pour rechercher la présence de substances pouvant représenter un risque potentiel pour la santé des bébés, tels que des pesticides, des hydrocarbures aromatiques polycycliques, du formaldéhyde, des dioxines, des métaux lourds, des composés organiques volatiles ou halogénés et des allergènes, qui pourraient provenir des matières premières utilisées ou lors du procédé de fabrication. Puis nous avons évalué la tenue des couches, leur capacité d’absorption, et la protection au contact c’est-à-dire ce qui permet de dire si un change protège ou non les fesses du bébé.
 
Les résultats des tests mettent en évidence des différences de performances selon les couches, tous les produits ne se révèlent pas satisfaisants !
 
Côté analyses chimiques, certains changes sont satisfaisants, d’autres contiennent des substances potentiellement indésirables pour la sécurité du bébé, comme des résidus de glyphosate, des composés organiques volatils et ou halogénés.

 

 

Alors Justine, au vu de ces résultats, que préconise l’Institut national de la consommation ?

 

Nous plaidons en faveur d’une réglementation spécifique sur la composition de ces produits, pour une sécurité sanitaire optimal pour les enfants en bas âges. Celle-ci doit se décliner par la mise en place d’une réglementation stricte sur l’utilisation de substances considérées ou suspectées d’être toxiques.
 
Puis, pour la bonne information des consommateurs, nous préconisons un étiquetage détaillé, systématique.

 

 

Les résultats de l’essais comparatif sur 12 références de couches pour bébé amène l’INC à plaider pour :

 

  • une réglementation stricte sur l’utilisation de substances considérées ou suspectées d’être toxiques,
  • un étiquetage détaillé pour une meilleure information du consommateur.

 

> Consulter l'essai comparatif "12 couches culottes" publié dans le numéro 540 de 60 Millions de Consommateurs (09/2018).

 

Facebook INC

Vidéos
Haut de page