Peut-on faire confiance aux influenceurs ? avec l'ADEIC


J’aime bien suivre quelques influenceurs. Mais puis je leur faire confiance ?



C’est vrai que depuis derrière son écran, le monde des influenceurs semble fabuleux ! Ils sont beaux, ils sont sympa, ils sont toujours à la pointe de ce qui se fait de mieux. C’est donc bien normal Max, que ça te fasse rêver et que tu aies envie d’emboiter le pas des recommandations de l’influenceur que tu suis. Tu es loin d’être le seul !

 

Une récente étude a montré que 59 % des 18-24 ans (*) avaient déjà découvert un produit par le biais d’influenceurs. Et 42 % répondaient par l’affirmative à la question : avez-vous déjà acheté un produit conseillé par un influenceur ?

 

Alors comment expliquer un tel impact, notamment chez les jeunes générations ?  

 

Les influenceurs jouent sur une certaine proximité avec leurs "followers". Par exemple, ils se filment chez eux, en vacances, souvent dans leur environnement familial. Ils créent ainsi une complicité pour gagner la confiance. Et c’est exactement pour cela que les marques font appel à eux pour mettre en avant un produit auprès d’un public conquis.

 

Il faut donc être conscient que "influenceurs", c’est souvent une nouvelle manière de faire de la publicité. Mais peut-on leur faire confiance ?

 

Normalement pour être transparent envers leur communauté, les influenceurs doivent faire mention de "partenariat rémunéré", "sponsorisé" ou encore "communication commerciale".  Ce n’est pas toujours le cas. C’est dommage car les jeunes ont tendance à oublier cet aspect "pub", pourtant au cœur de la pratique de beaucoup d’influenceurs. Le problème, c’est que cela donne lieu à un grand nombre de pratiques frauduleuses. Donc mieux vaut être méfiant.

 

Parmi elles, vous avez peut-être déjà entendu parler du "dropshipping" ? L’influenceur propose à ses abonnés un produit de luxe à un prix imbattable. Pour cela, il les redirige vers un site internet avec un bon de réduction exclusif. En fait, il n’en est rien !

 

Exactement ! Par exemple, vous pensez acheter une paire de lunettes siglée à 50 euros, au lieu des 300 euros annoncés par l’influenceur, mais en fait elles n’en valent que 5 car elles ont été fabriquées en Chine. Ne cliquez jamais sur un lien qui propose ce type de promo.

 

En résumé :

 

  • Les influenceurs.euses jouent sur la proximité pour créer une complicité.
  • Une nouvelle forme de publicité et de pratiques frauduleuses.
  • Dropshipping = faux bon plan !
  • Ne jamais cliquer sur un lien pour bénéficier d’une promo imbattable.

 

(*) Etude menée par l’Observatoire des comportements de consommation par Odoxa et Emakina en 2018.

 

 

> Voir toutes les vidéos Consomag
> En savoir plus sur les nouvelles vidéos Consomag 2021
 

Consomag
Haut de page