Cantine : quels sont les enjeux de la restauration scolaire ?


En France un enfant sur deux mange à la cantine et c’est plus de 60 % des élèves du primaire qui la fréquentent. Lieu incontournable dans une scolarité, parfois facteur de mauvais souvenirs culinaires ou de franches rigolades entre amis, la cantine a bien évolué et n’a pas fini de s’améliorer.

 

En juillet 2017, le Conseil National de l’Alimentation (CNA) a adopté un avis sur "les enjeux de la restauration collective en milieu scolaire". Celui-ci est basé sur le principe des 5 R : Restauration, Repos, Rupture, Rire et Régal. Le CNA a identifié 73 recommandations, à destination de l'ensemble des acteurs de la restauration collective en milieu scolaire.

 

 

1 - La qualité des repas

2 - Le rôle social de la cantine

3 - Un lieu de découvertes culinaires et d'activités ludiques

4 - La cantine à l'école : un avis à suivre

 

 

1 - La qualité des repas

Les repas des cantines scolaires françaises sont jugés de qualité nutritionnelle, en moyenne, très bonne, d’après l’étude réalisée par l’INRA et MS-Nutrition. Dans les séries de repas types observées, ceux-ci apportent en moyenne 36 % des recommandations d’apports journaliers en énergie ainsi que 49 % des besoins en nutriments protecteurs journaliers (fer, calcium, acides aminés...). Ces apports pour le déjeuner sont ceux recommandés dans le cadre d’une alimentation équilibrée.

 

Une étude réalisée en 2016 par deux sociologues de l'Ecole des hautes études en sciences sociales a montré que les enfants donnent en moyenne une note de 7/10 à leur cantine. 80 % d’entre eux sont satisfaits de ce qu’ils mangent, même si certains produits rencontrent moins de succès. Les frites, pâtes et desserts sont les aliments les plus plébiscités.

 

De plus, la volonté d’améliorer les cantines scolaires continue, notamment avec le projet de loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable. Ainsi les cantines devraient proposer "au moins 50 % de produits biologiques, locaux ou sous signe de qualité à compter du 1er janvier 2022". Au moins 20 % de ces produits devront être issus de l’agriculture biologique.  La cantine est donc un lieu prônant "le manger sain et mieux" mais cela n’est pas son seul atout.

 

 Le temps de pause méridienne en France varie entre 1h30 et 2h15. C’est le pays parmi ceux d’Europe et d’Amérique où la pause déjeuner est la plus longue, d’après une enquête Edenred. Cette longue pause permet de prendre son temps pour manger un repas équilibré composé d’une entrée, d’un plat chaud et d’un dessert et/ou fromage.

 

 

2 - Le rôle de la cantine

Son rôle social ne doit pas être oublié. La pause méridienne permet aux enfants, en plus d’avoir accès à un repas équilibré et complet, de bénéficier d’un lieu où l’apprentissage et la pédagogie ont toute leur place.

 

Dès leur plus jeune âge les enfants vont pouvoir travailler sur l’équilibre alimentaire à travers les plats variés et complets qui leur sont servis. Des activités sont souvent proposées avant le repas afin de les mettre en appétit et de les informer sur ce qui va être servi. La cantine est aussi un lieu de sociabilisation, les repas sont pris en groupe, c’est un moment de partage et de convivialité.

 

A ces fins les salles de cantine doivent être pensées afin que le lieu soit propice aux discussions et au repos, donc que le bruit soit minimum. De plus 40% des enfants jugent que la décoration de leur cantine pourrait être améliorée.

 

 

3 - Un lieu de découvertes culinaires et d'activités ludiques

Des animations pédagogiques peuvent permettre de faire connaître et apprécier des légumes ou des fruits que les enfants rechignent à consommer, comme les choux de Bruxelles. L’avis du CNA incite les acteurs de la restauration collective à conduire ce genre d’initiatives, comme l’organisation de concours de recettes ou la mise en place de potagers collectifs.

 

Les travaux du CNA confirment que la fréquentation de la cantine permet de réduire la néophobie alimentaire. Les actions mises en place et les découvertes collectives permettent aux enfants de mieux appréhender les plats, ils sont moins retissant à les goûter. Par exemple, l’action "Un fruit pour la récré", financée par l’Union européenne et mise en place dans certaines écoles, offre la possibilité aux enfants de goûter de nouveaux fruits et de prendre l’habitude de manger un fruit lors du goûter.

 

Les acteurs de la restauration scolaire mettent aussi en place des actions ludiques afin d’apprendre en s’amusant. Ces activités très prisées permettent de sensibiliser les enfants au gaspillage alimentaire. Or en réduisant le gaspillage alimentaire dans les cantines, celles-ci sont en mesure de fournir des repas de meilleure qualité. L’argent économisé, grâce aux réductions des pertes alimentaires, est réinvesti pour favoriser les produits biologiques et locaux parfois un peu plus chers.

 

Par ailleurs, des initiatives comme les visites chez les producteurs permettent de façon ludique de mieux comprendre le circuit "du champ à l’assiette".

 

Ainsi, ces actions aident les enfants à apprendre tout en s’amusant et à acquérir de bonnes habitudes.

 

 

4 - La cantine à l'école : un avis à suivre

Suite à cet avis du CNA, l'INC recommande de privilégier la cantine à l'école. En effet, le restaurant scolaire permet à l'enfant de découvrir une alimentation variée et équilibrée dans un cadre propice aux activités et à la convivialité. Une fois passées les premières réticences, les enfants les plus difficiles sont plus enclins à tester de nouvelles saveurs. Les jeunes papilles iront même apporter de nouvelles idées culinaires pour égayer les repas familiaux. La cantine accueille tous les enfants scolarisés. En cas d'allergies, des menus spéciaux leur sont proposés. De nombreux avantages donc pour nos enfants.

 

> Consulter la synthèse et l’avis du Conseil National de l’Alimentation "Les enjeux de la restauration collective en milieu scolaire" parus en juillet 2017

> Consulter l’enquête "Ces (trop) chères cantines" parue dans le numéro de septembre 2015 de "60 Millions de consommateurs" (contenu payant)

> Présentation du Conseil national de l'alimentation

Haut de page