Coronavirus (Covid-19) : où pourrez-vous acheter des masques ?

6 questions sur les masques


Les mesures de déconfinement annoncées prévoient le port du masque obligatoire dans les transports, conseillé notamment dans les commerces et les espaces publics (voir le discours du Premier ministre du 28 avril 2020 sur la stratégie nationale de déconfinement.


Le port du masque est d’ores et déjà fortement conseillé dans l’espace public pour lutter contre la dissémination du virus, notamment par l’Académie de médecine (communiqué de presse du 22 avril 2020 "Aux masques citoyens").

 

Vous êtes de plus en plus en nombreux à vouloir vous procurer ces masques dits alternatifs, c’est-à-dire à usage non médical.

 

L’Institut national de la consommation vous apporte des précisions sur la vente des masques "grand public" (selon les informations disponibles au 3 mai 2020).

 

1 - Où pourrez-vous acheter des masques "grand public" ?

2 - Quels seront ces masques "grand public" ?

3 - Comment reconnaitre les masques "grand public" fiables ?

4 - Le prix des masques est-il encadré ?

5 - Quelles sont les précautions d’utilisation du masque ?

6 - Comment entretenir son masque ?

 

 

1 - Où pourrez-vous acheter des masques "grand public" ?

Afin de faciliter l’achat des masques"grand public" (autres que ceux réservés au personnel soignant), les pharmaciens sont d’ores et déjà autorisés à les vendre depuis le 26 avril dernier.

 

Depuis le 3 mars 2020, les pharmaciens ne peuvent pas vendre de masques chirurgicaux aux consommateurs, ceux-ci étant réservés notamment aux soignants.

En revanche, ils peuvent (ou dès qu’ils seront livrés) vendre des masques non sanitaires (arrêté du 25 avril 2020 modifiant l'arrêté du 15 février 2002 fixant la liste des marchandises dont les pharmaciens peuvent faire le commerce dans leur officine).

 

Les masuqes seront également disponibles chez les buralistes, dans les bureaux de la Poste.

 

Par ailleurs, à partir du lundi 4 mai, les masques seront distribués dans les "enseignes de la grande distribution alimentaire" (Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match, Système U)". Celles-ci confirment en effet que "des masques grand public (en tissu et réutilisables) et des masques à usage unique seront progressivement mis en vente, dans des magasins et drive (communiqué de presse de la secrétaire d’Etat à la consommation du 29 avril 2020).

 

 

2 - Quels seront ces masques "grand public" ?

Selon la note d’information du 29 mars 2020, mise à jour le 26 avril 2020, des ministères des solidarités et de la santé, du ministère de l’économie et des finances, du ministre de l’action et des comptes publics et du ministère du travail, les masques vendus sont de deux catégories :

 

  • les masques individuels à usage des professionnels en contact avec le public, destinés aux personnels affectés à des postes ou missions comportant un contact régulier avec le public (catégorie 1 : > 90 % d'efficacité de filtration des particules de 3µm émises),
     
  • les masques à visée collective pour protéger l'ensemble d'un groupe portant des masques (catégorie 2 : > 70 % d'efficacité de filtration des particules de 3µm émises).

Ils doivent être portés de la même façon que les masques chirurgicaux, dans la limite de 4 heures.

 

Ces masques ont été créés au terme d'une démarche conduite par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et reprise pour les environnements de travail par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses).

 

Les masques grand public ont les propriétés suivantes (source : communiqué de presse de la secrétaire d’Etat Agnès PANNIER-RUNACHER du 29 avril 2020 "La production des masques de protection") :

 

  • ils sont en tissu, le plus souvent lavables et réutilisables,
  • ils ont des propriétés de filtration allant d’au moins 70 % à plus de 90 % de filtration des particules émises d'une taille égale ou supérieure à 3 microns,
  • un logo obligatoire permet de les identifier facilement,
  • une notice d’utilisation permet de les porter et de les entretenir dans des conditions optimales de sécurité.

 

3 - Comment reconnaitre les masques "grand public" fiables ?

 

Un logo sera présent sur le produit lui-même, sur l’emballage ou sur une étiquette reprenant le logo (source : annexe III de la note d’information du 29 mars 2020). A titre d'exemple :

 

 

 

 

 

4 - Le prix des masques est-il encadré ?

Tout dépend du type de masques vendus. Contrairement au gel hydroalcoolique dont les prix sont encadrés, le prix des masques n'est pas encadré sauf exception.

 

Depuis dimanche 3 mai et jusqu'au 23 mai 2020, le prix des masques "de type chirurgical à usage unique" est encadré. C'set un prix plafond de vente au détail qui est fixé, soit "95 centimes d'euros toutes taxes comprises par unité, quel que soit le mode de distribution, y compris en cas de vente en ligne. Ce prix n'inclut pas les éventuels frais de livraison" (décret n° 2020-506 du 2 mai 2020 complétant le décret n° 2020-293 du 23 mars 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire).Cela fait 47,50 euros la boîte de 50 masques.

 

En revanche, le prix des masques "grand public" en tissu va demeurer libre. Les prix vont être très variables, selon notamment le nombre de lavages. Alors que l'encadrement du prix de ces masques est demandé, notamment par l'association Familles Rurales (communiqué de presse du 27 avril 2020), le secrétariat d'Etat à la consommation justifie ainsi le défaut d'encadrement : alors que les masques à usage unique (de type chirurgical) sont fabriqués de façon standardisée, ce qui facilite la fixaton de leur prix et leur contrôle, les masques en tissu se prêtent mal à ce type de régulation. "Ces derniers peuvent en effet répondre à des spécifications diverses, notamment en termes de nombre de lavages et donc de réutilisation, à une grande variété de tissus utilisés et à une hétérogénéité de leurs modes et donc de leurs coûts de fabrication (fabrication française ou étrangère, artisanat ou industrie, produit grand public ou création couture)".

 

Une proposition de résolution a été déposée par un groupe de députés pour inviter le Gouvernement "à bien vouloir établir un dispositif d’encadrement du prix des masques grand public" (proposition de résolution visant à établir un dispositif d’encadrement des prix des masques "grand public").

 

Quant aux distributeurs, ils se sont engagés "à ce que le prix des masques soit limité afin de permettre leur acquisition par tous les Français". Elles vendront les masques avec une marge minimale :

 

  • le prix de base d’un masque grand public sera de l’ordre de 2 à 3 euros, soit un coût à l’usage de 10 à 30 centimes selon le nombre de lavages et de réutilisations possibles ;
  • le prix d’un masque à usage unique sera inférieur à 1 euro, en cohérence avec les prix d’achat à l’étranger (communiqué de presse de la secrétaire d’Etat à la consommation du 29 avril 2020). Depuis le 3 mai, le prix doit être au maximum de 95 centimes d'euros

  A la demande de la secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, la DGCCRF ssurera la surveillance des prix à travers "plusieurs enquêtes sur le territoire national et Internet pour garantir à chacun un accès à des masques de qualité à des prix raisonnables" (communiqué de presse "Encadrement des prix des masques de type chirurgical et enquêtes sur les masques grand public" du 1er mai 2020).

 

Afin de limiter le coût pour les Français, le taux de TVA initialement à 20 % a été réduit à 5,5 % par la loi n° 2020-473 du 25 avril 2020 de finances rectificative pour 2020 (article 5, article 278-0 bis K bis du code général des impôts).

 

Cette mesure concerne également les tenues de protections adaptées à la lutte contre la propagation du virus et le gel hydroalcoolique.

 

Un arrêté conjoint des ministres chargés de la santé et du budget viendra fixer la liste et les caractéristiques techniques des produits concernés.

 

Comme pour tout achat, comparez car les prix vont variés, et surtout regardez-bien l’emballage pour connaitre le nombre de lavages possible. Attention aux éventuelles arnaques sur Internet. Vérifiez bien les mentions légales, les conditions générales de vente (dont les délais de livraison).

 

 

5 - Quelles sont les précautions d’utilisation du masque ?

Le Gouvernent rappelle que le port du masque vient en complément des gestes barrières et des mesures de distanciations physique et sociale.

  Une notice d’utilisation doit être jointe avec les masques vendus.

 

 

6 - Comment entretenir son masque ?

  • Un lavage en machine à 60 degrés (pour tuer le virus).
  • Un séchage "mécanique", soit en sèche linge, soit au sèche-cheveux, mais pas à l’air libre (pour éviter que d’éventuels virus ne se déposent).

 

Source : gouvernement.fr

 

 

Faire fabriquer ou fabriquer vos masques

 

Il est également possible de les faire fabriquer (voir le guide pratique de 60 Millions de consommateurs "Où trouver un masque grand public") ou de les fabriquer soi-même, selon la spécification AFNOR SPEC S76-001 de l’AFNOR.
 

> Voir l’article de l’INC "Coronavirus (Covid-19) : un nouveau modèle de masque pour la population".

 

 

Patricia Foucher,

Cheffe du service juridique de l’Institut national de la consommation

Haut de page