Jeux d'argent


Au début, il y avait le Tiercé, le Loto et quelques casinos. Aujourd’hui, avec le développement des jeux de gain en ligne, l’offre s’est multipliée et 1 Français sur 2 s’est déjà laissé tenter.

 

Parmi eux, de plus en plus de jeunes qui trouvent ringard de cocher 6 numéros sur une grille mais très fun de cliquer au hasard des "pop-ups" sur l’écran de leur ordinateur.

 

En France, la réglementation est pourtant stricte : casinos virtuels et paris payants sont illégaux, et les jeux d’argent sont interdits aux moins de 18 ans. Mais, sur Internet, qui ira vérifier votre âge si vous avez coché la case "Je suis majeur(e)" - et comment ? Chez ces jeunes, il s’agit moins de décrocher le million que de gagner vite et souvent. Ils investissent rarement plus de 1 ou 2 € à chaque fois, ce qui les incite à rejouer régulièrement. Et c’est là que l’addiction guette.

 

Bien sûr, tout le monde a le droit de tenter sa chance ; le joueur pathologique, lui, a dépassé ce stade : il n’a plus envie mais besoin de jouer. Les conséquences ne sont pas minimes sur sa santé : irritabilité, colère excessive, troubles du sommeil, perte de l’estime de soi, dépression… Sans compter la rupture du lien familial, amical, le surendettement… L’addiction aux jeux conduit parfois aussi au vol, voire au crime ou au suicide.

 

Bref, les effets sont exactement les mêmes qu’une drogue : le joueur veut retrouver à tout prix l’euphorie qu’il ressent en jouant et finit par perdre tout contrôle. Ludopathes et toxicos sont d’ailleurs soignés dans les mêmes centres hospitaliers spécialisés dans les conduites addictives.

 

En savoir plus :

> Institut Fédératif des Addictions Comportement

> JoueursInfoService.fr : 09 74 75 13 13 (de 8h à 2h, appel non surtaxé)

> La Dépendance n'est pas un Jeu : 09 69 39 55 12 (appel non surtaxé)

> Hôpital Marmottan : Centre de Soins et d'Accompagnements des Pratiques addictives

Haut de page