Médicaments : acceptez le générique ou payez plus cher ! avec le réseau des CTRC


Depuis le 1er janvier, les médicaments prescrits par votre médecin sont automatiquement remplacés par des génériques ou remboursés au prix du générique. On vous explique pourquoi.



Un médicament générique contient le même principe actif que son princeps, c’est-à-dire l’original. Il contient aussi le même dosage, et agit à la même vitesse. Seuls les excipients changent, c’est-à-dire, les ingrédients qui donnent au médicament sa forme, sa couleur ou encore son goût.

 

Un médicament générique est donc tout aussi efficace que le princeps ! Mais en plus de cela, il coûte de 30 à 40 % moins cher ! C’est pourquoi les médicaments prescrits par votre médecin sont aujourd’hui automatiquement substitués par des génériques.

 

Cette nouvelle disposition devrait ainsi permettre à l’assurance maladie d’effectuer une économie de 1 milliard d’euros sur 15 ans. C’est donc moins d’argent public dépensé.

 

En pharmacie, vous pouvez toujours choisir le princeps, mais le remboursement se fera sur la base du générique le plus cher. Vous devrez donc payer le reste à charge, de votre poche, si vous voulez l’original. De plus, vous ne bénéficierez pas du tiers payant.

 

Sur vos ordonnances, la mention médicament "non substituable" est donc supprimée. Si le médecin maintient cette inscription, il doit préciser la raison médicale qui justifie sa décision.

 

Seules 3 exceptions médicales peuvent justifier un refus de substitution :

 

  • la première concerne les médicaments très finement dosés, prescrits notamment aux malades de la thyroide,
  • la deuxième concerne les génériques dont la forme n’est pas adaptée aux enfants de moins de 6 ans,
  • enfin bien sûr, votre pharmacien ne vous donnera pas un générique si vous êtes allergique à un de ses excipients.

 

En résumé :

  • le générique est efficace et peu cher,
  • il est maintenant substitué au princeps,
  • sauf exceptions, vous paierez plus cher si vous le refusez.

 

Vidéo réalisée avec la participation de Familles Rurales 21 du CTRC Bourgogne-Franche Comté.

Vidéos
Haut de page