Fraudes en ligne : échappez au cadeau empoisonné pour Noël !

Communiqué du Centre Européen des Consommateurs (CEC)


A la recherche du cadeau rêvé pour Noël, vous trouvez sur Internet une robe de grande marque à moitié prix, un smartphone à 1 € ou une console de jeux à - 50 %.

 

Attention ! La bonne affaire peut parfois cacher de très mauvaises surprises :  abonnement payant, contrefaçon ou vendeur inexistant, tout pour déchanter sous le sapin !

 

Pour ne pas tomber dans le piège, le Centre Européen des Consommateurs France a répertorié sur son site les fraudes en ligne les plus fréquentes et donne de bons conseils pour les repérer sur le net ou pour savoir comment réagir si vous êtes victimes.

 

 

Vêtements de grande marque à prix mini

Vous trouvez la robe de votre marque préférée vendue à un prix défiant toute concurrence sur un site basé dans un autre pays. Après avoir payé votre achat, le rêve tourne au cauchemar : produit non livré, défectueux, contrefait... et plus de nouvelles du vendeur.

 

Console de jeux, tablette, TV... pas chères

En surfant sur des moteurs de recherche ou sur des sites de petites annonces, vous tombez sur une offre de console de jeux dernier cri 15 à 20 % moins chère que sur d’autres sites plus connus. Une fois le contact établi avec le vendeur, ce dernier vous redirige vers un site Internet pour passer la commande et vous demande de la régler par virement sur un compte étranger (ex : code IBAN commençant par « PL »). Vous effectuez le virement, vous recevez parfois une confirmation d’envoi de votre colis et vous attendez la livraison de votre commande, qui n'aura malheureusement jamais lieu. Il s'agissait certainement d'un "fake shop", une fausse boutique en ligne.

 

Smartphone ou machine expresso à 1€

Une publicité sur Internet ou sur un réseau social vous propose un smartphone ou une machine à café expresso à 1€ avec seuls les frais de port de 4 à 5 € à payer. Quelques semaines plus tard, vous découvrez que votre compte bancaire a été débité d’une somme bien plus importante que celle annoncée. Sans vous en rendre compte, par le biais d’une discrète case « pré-cochée », vous avez souscrit un abonnement payant (de plusieurs dizaines, voire centaines d’euros par mois) auprès d’un professionnel situé dans un autre Etat membre de l’UE.

 

 

Que faire si vous avez déjà payé ?

 

 

 

Conseils pour déjouer les pièges

 

  • Assurez-vous du sérieux du site en vérifiant que le nom de la société et ses coordonnées apparaissent dans les mentions légales du site.
  • Vérifiez le nom du site dans WHOIS ou AFNIC (pour les noms de domaine en « .fr ») pour déterminer qui a enregistré le site et si c'est le même nom qui est mentionné sur le site de vente en ligne.
  • Méfiez-vous des adresses de site sans rapport avec le type de produits proposés.
  • Vérifiez que le site est sécurisé : l’URL commence par https:// et il est précédé d’un cadenas fermé, en particulier sur la page de paiement. Attention, les sites frauduleux peuvent aussi être sécurisés !
  • Lisez les conditions générales de vente. S’il n’y en a pas,  si elles sont très courtes ou rédigées dans un français approximatif, fuyez !
  • Vérifiez le prix de l’objet que vous souhaitez sur différents sites et notamment sur celui de la marque officielle. Si le prix affiché est considérablement inférieur, méfiez-vous.
  • Consultez les forums sur internet ! Veillez à distinguer les faux avis positifs laissés par le vendeur lui-même.
  • Privilégiez les paiements par carte bancaire.

 

> Voir la version intégrale du communiqué de presse du CEC

> En savoir plus sur le CEC

> Consulter le site du CEC

Haut de page