Voiture, pourquoi pas des pièces d'occasion ! avec le réseau des CTRC


Lorsque vous apportez votre véhicule à réparer, votre garagiste à maintenant l’obligation de vous proposer l’utilisation de pièces issues de l’économie circulaire (PEC), c’est-à-dire, des pièces de réemploi. Ces pièces sont beaucoup moins chères que des pièces neuves.



Une bonne nouvelle pour votre portefeuille... et pour l’environnement ! Cette mesure encourage le recyclage des pièces. Elle découle de la loi de performance énergétique de 2015.

 

Rassurez-vous, ces pièces sont tout aussi fiables que des pièces neuves ! Leur vente est encadrée. Elles proviennent du traitement des véhicules hors d’usage par des centres agréés, ou sont remises en état sous la mention "échange standard".

 

Il peut notamment s’agir de pièces de carrosserie amovibles, de pièces de garnissage intérieur, de vitrages non collés ou d’optiques comme les phares, les feux et les clignotants.

 

Certaines pièces mécaniques ou électroniques sont également concernées. Mais attention, il existe beaucoup d’exceptions. Un décret limite l’usage de ces pièces de réemploi.

 

Votre garagiste doit par ailleurs vous communiquer les prix et les conditions de vente de ces pièces d’occasion. 

 

Sachez que le professionnel, qui ne respecte pas cette obligation d’information, s’expose à une amende allant de 3 000 à 15 000 €.

 

Les garagistes sont toutefois dispensés de cette obligation dans certains cas. Tout d’abord, si le véhicule est sous garantie contractuelle ou fait l’objet d’une opération de rappel. Ensuite s’il estime que les pièces présentent un risque pour l’environnement, la santé publique ou la sécurité routière. Ou enfin, si les pièces ne sont pas disponibles à temps.

 

Dans tous les cas, vous êtes libre d’accepter ou de refuser la proposition de votre garagiste.

 

 

En résumé :

 

  • votre garagiste doit vous proposer des pièces d’occasion,
  • elles sont aussi fiables que des pièces neuves,
  • vous êtes libre d’accepter ou de refuser !

 

Vidéo réalisée avec la participation de l'association Indecosa CGT 18 du Centre Technique Régional de la Consommation Centre-Val de Loire.

Vidéos
Haut de page