Codes Conso "Les labels environnementaux"


Dans ce quatrième épisode de Codes Conso, le podcast de l’Institut national de la Consommation, nous parlons des labels environnementaux, véritable enjeu du consommer plus responsable et de fait, levier de la transition écologique.

 

Les équipements et les biens de consommation se multiplient dans les foyers, augmentant ainsi les émissions de gaz à effet serre qui découlent de leur production, fabrication, commercialisation et fin de vie. Les impacts des produits sur l’environnement sont une réalité qu’il faut plus que jamais prendre en considération. Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre le cycle de vie des produits afin d’en limiter les impacts. Quel est le rôle des labels dans ce processus ? Sur quels critères se basent les labels ? Quels labels choisir ?

 

Episode 4 : "Les labels environnementaux"

Comparer les produits  à disposition du consommateur, lui permettre de faire de meilleurs choix et enfin anticiper les enjeux liés à la consommation : autant de missions qui reviennent à l’Institut national de la consommation.

 

Dans cette première saison de Codes Conso, notre invitée sera donc l’ADEME, l’agence de la transition écologique. Son ADN : lutter contre le changement climatique et la dégradation des ressources.

 

Un objectif crucial qui demande que toutes les forces du pays s’engagent : des territoires aux entreprises en passant par les pouvoirs publics, les collectivités locales mais aussi les citoyens. L’ADEME est là pour les accompagner et les conseiller, pour trouver des solutions et faire de la transition écologique un véritable succès.

 

Aujourd’hui, dans Codes Conso, nous parlons des labels environnementaux, véritable enjeu du consommer plus responsable et de fait, levier de la transition écologique.

Les équipements et les biens de consommation se multiplient dans les foyers augmentant ainsi les émissions de gaz à effet serre qui découlent de leur production, fabrication, commercialisation et fin de vie. Les impacts des produits sur l’environnement sont une réalité qu’il faut plus que jamais prendre en considération. Pour ce faire, il est nécessaire de comprendre le cycle de vie des produits afin d’en limiter les impacts.

 

Quel est le rôle des labels dans ce processus ? Sur quels critères se basent les labels ? Quels labels choisir ?

 

Autant de questions que vous vous posez à ce sujet. Pour faire le point, nous recevons justement Emily Spiesser, expert consommation responsable à l’ADEME.

Bonjour Emily !

Emily Spiesser : Bonjour Valérie !

 

JOURNALISTE : Pour commencer Emily, au milieu de toutes les informations environnementales, tous les labels associés à des pictogrammes sur les produits… difficile de s’y retrouver pour les consommateurs. Quelles sont les actions de l’ADEME en ce sens ?

 

Emily Spiesser : plusieurs étapes :

 

  • En 2012, l’ADEME s’est interrogée sur la question des logos environnementaux. Un constat : il y en a beaucoup. 400 logos ayant a minima un critère environnemental ont été recensés (secteurs de la consommation courante prioritairement).
     
  • Au delà des visuels associés, il y a aussi des pictogrammes que l’on ne comprend pas mais aussi des termes comme "vert" ou "biodégradable".
     
  • L’ADEME étant une agence publique, elle a creusé le sujet pour mieux guider le consommateur vers des produits qui tendent le plus possible vers le respect de l’environnement et la porte d’entrée, ce sont les labels.
     
  • En 2012 donc, on a recensé 400 logos environnementaux toutes catégories de produits.
     
  • En 2017, on a décidé d’aller plus loin. Avec un bureau d’études spécialisé dans les impacts environnementaux des produits, l’ADEME a construit une méthodologie en deux parties. Elle a donc choisi les labels les plus vus par les français et sur les catégories de produits les plus courantes (détergents, cosmétiques, alimentation, bricolage,…). On les a analysés et on a voulu mettre en avant les bons labels, ceux qui changent VRAIMENT la donne sur l’environnement.

Journaliste : Parmi tous ces logos dont vous venez de parler, ces labels justement, Emily, les consommateurs les connaissent-ils ? On a été leur demander.
 

Est-ce que vous savez ce que c’est un label environnemental ? Si oui, lesquels et est-ce que cela vous pousse à acheter ?
 

JOURNALISTE : Voila… On vient de l’entendre Emily, beaucoup d’informations et pas forcément les bonnes pour faire les bons choix. L’occasion de nous expliquer quels sont les différents types de labels pour commencer.

 

Emily Spiesser :

 

Avant toute chose, il faut bien comprendre que chaque produit à des impacts environnementaux différents. Un label peut être bon pour une catégorie de produit mais pas pour une autre !

 

  • Il y a le l’Ecolabel européen, (la petite fleur avec les étoiles). Rigoureux, très complet et fiable car il définit ses garanties sur l’ensemble du cycle de vie du produit. Son cahier des charges est strict, et précis. Il est apposé sur plus de 20 catégories de produits (lessive, nettoyants sol, gel douche, papier toilette, couettes et oreillers, peintures, hôtels et campings…) par exemple.
     
  • D’autres labels offrent aussi des garanties intéressantes :
    • Par exemple : GOTS sur les vêtements (contient a minima 70 % de fibres issues de la culture bio, interdit certaines substances dangereuses : phtalates, PVC),
    • EPEAT (niveaux or et argent) ou TCO Certified sur les ordinateurs : économe en énergie à l’utilisation, certaines substances dangereuses sont interdites (métaux lourds, retardateurs de flamme halogénés dans les pièces plastiques), etc.
    • Pour les meubles en plastiques : NF Environnement garantit que les pieces en plastiques sont recyclables, que des tests ont été fait pour allonger sa durée de vie…).

JOURNALISTE : Alors il existe différents types de labels environnementaux recommandés par l’ADEME. Comment ont-ils été évalués ?

 

Emily Spiesser :

 

  • L’ADEME a analysé la robustesse de la construction du label. Pour ce faire, l’ADEME s’est appuyée sur la norme ISO 14024, norme internationale qui définit ce qu’est un éco label.
     
  • Nous avons regardé si les labels respectaient 7 exigences de la norme. Exemple, il fallait qu’il soit basé sur un référentiel, c’est-à-dire un cahier des charges où sont définis les critères du label.

Cela parait évident, mais il existe des labels qui ne sont basés sur aucun document explicite.

Dans cette norme, il faut avoir une vision des impacts environnementaux du produit sur l’ensemble de son cycle de vie de vie. Cela évite les transferts de pollution, c’est-à-dire remplacer une matière qui a des impacts par une autre matière qui à d’autres impacts.

 

Les critères environnementaux doivent être basés sur une documentation scientifique étayée et aussi sur une révision régulière du référentiel. Si un produit évolue, son référentiel doit évoluer aussi.
 

Cette robustesse, c’est 25 % de l’évaluation du label. Les 75 % restant, c’est sur les impacts sur l’environnement du produit.

 

Il s’agit de regarder si les garanties du label portent bien sur les impacts environnementaux principaux de la catégorie de produit.

 

Exemple : les ingrédients d’un gel douche vont avoir des conséquences sur la qualité de l’eau. Il est donc important que les garanties du label portent sur la composition du gel douche.

On obtient ensuite une évaluation du label : "excellent choix" et "très bon choix". 100 labels sont recommandés par l’ADEME.

JOURNALISTE : Et ces 100 labels que vous mentionnez Emily on peut les retrouver sur le site https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/labels-environnementaux

 

JOURNALISTE : Pour terminer Emily, quels sont, selon vous, en quelques mots, les défis à venir pour que ces labels soient au coeur de la façon de consommer des Français ?

 

Emily Spiesser : Les produits porteurs des labels recommandés par l’ADEME ne sont pas plus chers que les produits sans labels. On en trouve de plus en plus dans les circuits de distribution type grande surface où la grande majorité des français font leurs courses. Ils sont de bonne qualité et protège aussi votre santé.

 

Donc :

 

1 - Les fabricants doivent multiplier encore leur offre de produits avec labels recommandés par l’ADEME.
 

2 - Les distributeurs (grandes surfaces, magasins de proximité) doivent les mettre plus en avant et les promouvoir beaucoup plus dans les rayons.
 

3 - Les consommateurs doivent les acheter et les tester. Ces produits sont meilleurs pour l’environnement et leur santé.

 

JOURNALISTE : Merci beaucoup Emily Spiesser de nous avoir répondu. On comprend désormais mieux l’importance d’acheter au quotidien des produits avec les labels recommandés par l’ADEME

 

C’est la fin de ce quatrième épisode de Codes Conso, le podcast de l’Institut national de la Consommation sur les labels environnementaux.

 

Nous nous retrouvons la semaine prochaine pour un nouvel épisode avec L’ADEME. On parlera de la publicité et de l’environnement.

A bientôt.

 

 

Si le player ne s'affiche pas correctement, cliquez ici.

 

 

Suivez-nous sur les plateformes audio

Haut de page